dimanche 5 décembre 2010

Au Centre Pompidou, rétrospective Werner Schroeter, Willow Springs

La création est un acte humain délibéré ... imaginer... faire sortir de son entendement, une forme dans un "cérémonial" qui ne souffre aucune entrave. Le seul acte accompli en toute liberté. Il n'y a pas de procréation, peu importe les sexes. Il n'y a qu'une scissiparité". L'oeuvre s'extirpe avec plus ou moins de difficultés de «l'unité pensante» qui en a seule le droit de vie ou de mort ...l'unité, elle existera plus tard.
La création nait de tout. Elle part dans "tous les sens"et dans tous les temps. Elle se sert de tout ce qu'elle peut trouver et parfois de rien pour parfaire sa beauté... Elle est toujours action, jaillissement étonnant, et parfois décevant mais toujours recommencé...

Voila je crois que j'ai été un instant dans la tête de Werner Schroeter, le temps de ce film : Willow Springs(1973) donné au centre Pompidou dans le cadre d'une rétrospective de son oeuvre.
3 femmes habitent une petite maison dans le désert californien, une petite maison grise un peu décrépite. Elles y apparaissent sur le seuil dans des robes étonnantes. Un homme, un motard a sans doute abusé de l'une d'entre elle et de cet avortement naitra l'histoire, une histoire de femmes, de Parques, de féminisme mortifère pour tout sexe mâle qui franchit le seuil de cette demeure sous les ordres de celle dont la beauté est la plus ambigüe : Magdalena Montezuma.
Celle ci essayera plusieurs histoires, une sorte de transformisme, (mais n'est ce pas là la métaphore de l'acte de créer) s'inspirant de ce qui se passe sous ses yeux, à la fois auteur et acteur, dans ce décor de western de série B ou seule la bande son semble être à la hauteur de la passion : un écartèlement des différents genres...
Ce n'est pas un road movie mais un brain movie et on en sort, déconnectée de toutes contingences...un moment-faveur...un moment ferveur...

9 commentaires:

Appels d'air a dit…

Jamais je ne me serais permis un commentaire sur votre texte s'il ne m'avait fait pleurer, je dis donc que la création est un sacrifice complet.
H.S.

laurence a dit…

Baltha votre présence a quelque chose d'infiniment et toujours juste...

le bourdon masqué a dit…

Montezuma le revenchard.

l'abeille blonde a dit…

@ bourdon : Je dirais plutôt le revanche-art (vous auriez pu la faire!)

solveig a dit…

laurence, iras-tu voir d'autres films de cette rétrospective ?
C'est dans ces occasions que je regrette de ne pas être à Paris ...

laurence a dit…

oui j'espère pouvoir surtout "La mort de Maria Malibran et Maria Callas portrait c'est quelqu'un que je ne connaissais pas du tout...

Laure K. a dit…

un peu difficile à "entendre" ta première strophe, bien que je sache vraiment de quoi tu parles... je vais me renseigner du programme...

Anonyme a dit…

on se met dans la peau des personnages, si je ne m'abuse?

Georg-Friedrich a dit…

Formidable. Je cours au centre Pompidou. Avez-vous prévu chère éveilleuse de rêve d'aller voir La mort de Maria Malibran?