mercredi 7 décembre 2011

Cecilia Bartoli Semele

9 commentaires:

Georg-Friedrich a dit…

Elle était toujours aussi lumineuse ce soir!!!

Hervé SUCHET a dit…

J'aurais aimé avoir cette vitalité joyeuse qui s'exprime dans tout ce qu'elle fait et nous semble vivre.
H.S.

laurence a dit…

Oui sa joie de chanter est un pur moment de délice...

le bourdon masqué a dit…

c'est rassurant de constater qu'il y a encore des lieux où l'on ne risque pas de croiser des demandeurs d'emploi.

NB a dit…

Au bourdon masqué: pourquoi, les demandeurs d'emploi sentent si mauvais qu'on répugne à les croiser?
Aux autres: deux soirées inoubliables nous transportant dans les cieux avec Semele en personne, n'est- ce pas G-F?

le bourdon masqué a dit…

@NB les tarifs des pâtisseries de la rue de Turenne ainsi que prix des places de spectacle qui peut vous sembler "peanuts" Ils représentent le budget ravioli pour quelques jours "des autres". Un mot que vous semblez particulièrement apprécier.

Georg-Friedrich a dit…

Bourdon masqué ne sait pas de quoi il parle : j'étais assis à côté d'un demandeur d'emploi (ma moitié) et, trois places plus loin, sur le même premier rang, était assise une autre demandeuse d'emploi (ma cricri à moi)! Avant d'avoir des idées péremptoires sur les choses, et les gens, il convient de se frotter aux choses, et aux gens!!!

laurence a dit…

Pour avoir travaillé dans l'adolescence en précarité je sais que la sensation de désespérance peut tout à coup envahir le regard que l'on pose sur chaque chose il faut vite trouver un petit bonheur pour contourner l'ombre...

Anonyme a dit…

Messieurs point de querelle!
je vous rassure (enfin le mot n'est peu être pas très bien choisi) en 2025, nous serons tous demandeurs d'emploi et on aura beau en demander ce sera en pure perte.
Alors il va falloir trouver autre chose pour aller voir Cecilia et manger des raviolis (ou manger Cécilia ou aller voir des raviolis, je ne sais plus!)