samedi 28 novembre 2009

Eonnagata... La Comète Chalons en Champagne

Le théâtre, comme la danse, comme le cirque, sont des spectacles vivants;ils mettent en scène le corps, dans un espace et racontent une histoire.
Les mots lient mais aussi délient le corps, de cet espace.
Les mots et l'espace survivront au corps après la disparition de celui ci.
Eonnagata est l'histoire même de cette "sur-vie".

Sylvie Guillem,Robert Lepage et Russel Maliphant donnent corps à Charles de Beaumont,chevalier d'Eon qui transgressa la séparation des "genres".
De même le théâtre Kabuki, fait représenter les rôles féminins, par des hommes.
De cette recherche stylisée de l'autre sexe, nait sur scène, une secrète et douloureuse souffrance: celle du but jamais vraiment atteint, en dépit d'une "insoutenable" perfection, un combat épique "entre chiens et loups" dont la mort boucle la fin... sans explication.
Chacun des trois interprètes donne le meilleur de son art et ose pousser des portes nouvelles: Sylvie parle, Russel chante, Robert combat.
Ce spectacle est né d'un désir commun. Il est leur création à tous les trois et ils se battent pour lui donner sa justesse et sa beauté.
Un peu comme les comédiens du charriot de Thespys,ils l'emmènent autour du monde en le transfigurant à chaque représentation.
Une lumière étonnante à la fois abstraite et figurative,3 tables,une bande son, leur servent d'appui ainsi que les costumes étonnants d'Alexander Mc Queen qui tantôt sculpte le corps au plus près dans un lacis presque vasculaire, tantôt silhouette le mouvement dans une redingote nacrée et dansante, tantôt le cloitre dans une cage élastique ou un domino sombre.
Avec des couleurs de vitrail,l'histoire se morcèle: arts martiaux, théâtre,danse.
Et si l'art était à la fois tout cela... avec cette difficulté à venir au monde avec toute sa fraicheur et son fragile équilibre, équilibre étonnement dynamique de Sylvie Guillem ,étonnement délicat de Russel Maliphant, étonnement travesti de Robert Lepage...

7 commentaires:

Appels d'air a dit…

Shakespeare, paraît-il, faisait jouer les rôles d'hommes par des femmes et ceux de femmes par des hommes.

francine a dit…

c bien de vous voir ecrire, enfin

le bourdon masqué a dit…

Bonjour.
Je suis d'accord avec Francine.
Laurence est une femme de l'être.
Bzzz...

laurence a dit…

C'est bien de vous savoir là!

Anonyme a dit…

j'ai vu la vidéo ..j'adore...
tilk

colorature a dit…

nous avons vu la même chose chère laurence moi j'y ai vu un bon en avant

Laure K. ( del sol ) a dit…

Rien que des images, j ' ai en tête d' Eonnagata ( quel est la significtaion exacte de ce terme rattaché à Eon ?) mais à lire ton texte, je ne vois qu' une seule possibilité, celle de le vivre ce spectacle - Plus qu' une re-présentation il doit bien s' agir d' une expérience poly-sensorielle, je ne saurais mieux l' écrire que toi.
De l' ordre de la rencontre rare avec l' art. Du choc amoureux peut être ...

Enfin, tant que je ne l' ai pas vu, voir Eonnagata et mourir, je pense, présentement -